Tu chasses le sanglier, mais le connais tu vraiment ?

QUEL EST LE POIDS DU SANGLIER

Tout d’abord il est utile de rappeler que la femelle ne s’appelle pas sanglier mais « laie » elle est généralement moins grosse soit 60 à 110 kg contre 80 à 200 kg pour le mâle adulte. On me demande souvent combien pèse un sanglier vidé par rapport à un sanglier plein : pour information sachez que le poids d’un sanglier est égal au poids vide multiplié par 1,2 (soit 20% de plus).

QUELLE EST LA LONGÉVITE DU SANGLIER (AGE DU SANGLIER)

Sa longévité maximale est de 15 ans, mais il est très rare que des sangliers atteignent cet âge car ils sont souvent prélevé avant, sauf peut-être dans les parcs de chasse où une gestion rigoureuse est appliquée en vue d’obtenir de beaux trophées dont l’apogée se situe généralement  à partir de 5-6 ans.

QUELS SONT LES DIFFÉRENTS NOMS DU SANGLIER (NOMS DU SANGLIER EN FONCTION DE SON AGE)

Quelles sont les différentes appellations du sanglier suivant l’âge de l’animal ?

-de 0 à 6 mois c’est un marcassin, rayé habituellement jusqu’à l’âge de deux ou trois mois s’il n’a pas trop souffert

-de 6 à 12 mois il s’agit d’une bête rousse de 25 à 45 kg

-de 12 à 24 mois on l’appelle bête de compagnie

-de deux à trois ans on l’appelle ragot ou laie ragot pour la femelle

-on l’appelle ensuite tiers ans de 3 à 4 ans, puis quartanier de 4 à 5 ans

-à partir de 5 ans il s’agit d’un adulte qu’on appelle Solitaire s’agissant du mâle

-à partir de six ans c’est un vieux sanglier et enfin à partir du sept ans c’est un grand vieux sanglier

Tous les chasseurs savent que le sanglier est une espèce grégaire, c’est-à-dire qui vit en communauté, mais saviez-vous comment on appelle un groupement de sanglier : il s’agit d’une compagnie et non d’un troupeau (reservé au bétail) ou harde (réservé aux cervidés).

Il arrive parfois que notre sanglier sauvage se croise avec des porcs d’élevage ; on l’appelle alors cochonglier ou sanglichon on peut facilement le reconnaître à sa robe et à ses oreilles basses. Dans ce cas le nombre de chromosomes est différent 36 pour le sanglier d’Europe et 38 pour le porc domestique !

ANATOMIE DU SANGLIER

Jouons maintenant au jeu des devinettes : quel est le nom des différentes parties de l’anatomie du sanglier ? Essayez de  trouver les réponses (qui sont à la suite de cette liste) mais… ne trichez pas et ne regardez pas tout de suite !

Oreilles ?

yeux ?

queue ?

tête ?

mamelles ?

testicules ?

poils ?

touffe de poils au bout de la verge ?

museau ?

peau épaisse presse sur l’épaule et la cage thoracique du mâle ?

bande de poils sur le haut du dos ?

VOICI LES RÉPONSES :

Oreilles : les écoutes

yeux : les mirettes

queue : la vrille

tête : la hure

mamelles : les allaites

testicules : les suites

poils : les soies

touffe de poils au bout de la verge : le pinceau

museau : le boutoir

peau épaisse presse sur l’épaule et la cage thoracique du mâle : l’armure

bande de poils sur le haut du dos : la crinière

COMMENT CHASSER LE SANGLIER

Les territoires fortement fréquentés par les sangliers sont facilement reconnaissables à cause des coulées, ces sentiers suivis par l’animal et bien marqués dans le sol par ses empreintes et son odeur ; elles révèlent le passage régulier du gibier.

COMMENT RECONNAITRE LE SEXE DU SANGLIER

Il arrive parfois qu’on demande au chasseur de reconnaître le sexe du sanglier lorsqu’on désire par exemple ne prélever que des mâles et préserver les femelles reproductrices. Contrairement au tableau de chasse, dans la nature un animal sur pied et qui courent n’est pas toujours facile à reconnaître ! Bien que cet exercice soit souvent délicat, on peut tout de même se fier aux critères suivants :

Pour le mâle, le pinceau pénien est généralement visible sous le ventre, surtout en poil d’été à l’ouverture de la chasse. Mais attention les laies ont parfois une petite touffe de poils sur le ventre que l’on peut facilement confondre avec le pinceau ! Afin d’éviter des erreurs d’identification, cela peut être confirmé par la visualisation des suites à l’arrière du sanglier, surtout au moment du rut (c’est-à-dire généralement de mi-novembre à mi-janvier avec un pic en décembre).

Chez le mâle d’un certain âge les babines supérieures sont retroussées par les défenses, qui sont les grandes canines inférieures de sa mâchoire. Elles sont bien blanches et visibles, mais attention certaines femelles peuvent aussi avoir de grandes dents qu’on appelle crochets.

Une laie suitée est facilement identifiable car elle est suivie de sa progéniture. Une femelle qui allaite sera facilement reconnaissable à ses tétines qui pendent. Enfin la hure de la femelle est généralement plus allongée que celle du sanglier mâle.

Voilà ! Vous savez tout et vous n’avez plus d’excuse pour vos erreurs d’identification lors du tir de votre gibier préféré ! 

OU VIVENT LES SANGLIER ?

Le sanglier vit dans les grands massifs de feuillus, le maquis, le marais ou la garrigue. Il a besoin de quiétude, de nourriture en quantité suffisante et d’eau. C’est pourquoi il aime les remises fourrées et fermées à forte densité tel que ronciers, épines, bruyère, fougère, ou jeune coupes. Son domaine vital peut varier de 500 à 10.000 hectares et il peut parcourir de 30 à 40 km en une seule une nuit !

Du point de vue de l’alimentation il est omnivore et opportuniste c’est notre seul grand gibier qui n’est pas exclusivement herbivore ! Il cause beaucoup de dégâts pour se nourrir notamment dans les cultures de maïs mais aussi dans les autres céréales et en faisant de nombreux broutis et vermillis dans les prairies.

REPRODUCTION DU SANGLIER

Sa reproduction est variable en fonction des critères de. Le mâle atteint sa maturité sexuelle entre 8 et 12 mois tandis que la femelle L’atteint à huit mois dès lors qu’elle pèse au moins 35 kg. La durée de gestation est simple à retenir car elle est de trois mois trois semaines et trois jours !

Si la reproduction est bonne (en fonction des critères de climat, d’alimentation, de population et d’environnement humain), elle peut atteindre trois portées tous les deux ans, sachant que chaque portée est composée de 2 à 8 bébés (en moyenne quatre ou cinq). Il en résulte que l’accroissement moyen dépopulation est de 100 % par an ! Donc si vous avez par ex. 200 sangliers sur votre territoire en fin d’hiver, vous pouvez stabiliser votre population en tuant autant autant de sangliers (200) chaque année ! Mais attention, pour pouvoir tirer de beaux trophées de sangliers armés les années suivantes il est fortement conseillé de préserver les adultes et de les laisser vieillir au moins cinq ans !

Voilà ! Vous êtes désormais incollable sur la « bête noire », pratiquement un expert ! Vous êtes donc prêt pour partir à l’aventure : la chasse au sanglier ! Pour venir observer ce grand gibier qui déchaine toutes les passions sur les territoires présentant les plus fortes densités de sangliers (et où vous serez certains de voir beaucoup de gibier à chaque sortie), contactez l’agence RINEVA par téléphone au 06.12.44.84.84 ou faites nous parvenir une demande d’information avec le mode de chasse choisi via le formulaire ci-après (Devis sur demande). Venez découvrir tous les modes de chasse du sanglier (battue, affut, approche notamment). Pour se faire plaisir ou pour offrir, les conditions sont idéales pour vous garantir un séjour inoubliable dans l’une les plus grandes chasses privées du sud de la France. Pour l’organisation de votre journée ou séjour de chasse faites confiance à des pros : RINEVA.

Détournement de 21 millions d’euros par an pendant 18 ans !

Le permis de chasser national baisse de 200 € , tout simplement car l’ONCFS arrête de percevoir indûment 189 € qu’il encaissait pour des missions qu’il n’assumait plus depuis la loi Voynet de 2000, à savoir l’indemnisation des dégâts de gibier et l’envoi des permis.

Il aura quand même encaissé (contre rien !) 21 millions d’euros par an pendant 18 ans ! Cette baisse n’est pas « un cadeau aux chasseurs », mais l’arrêt d’un détournement, pour ne pas dire plus.

Le prix de 200 € pour le national, qui inclut le grand gibier, se décompose ainsi :

95 € de cotisation fédérale, 51.50 € de part forfaitaire FNC, 44.50 € de redevance Etat, 9 € de droit de timbre. S’y ajoutent 5 € de frais de dossier et 20 € (en général) d’assurance, soit 225€.

Le permis départemental passe à 143 € (82 € de cotisation fédérale, 5 € de Timbre Grand Gibier, 44.50 € de redevance État, 9 € de droit de timbre et 2.50 € de frais de dossier, plus 20 € d’assurance.

Pour le départemental, l’extension aux communes limitrophes des départements voisins n’existe plus. Par contre, si un territoire d’un seul tenant appartenant à un seul détenteur empiète sur le département voisin, pas de problème.

Les nouveaux chasseurs qui valident un permis de moins d’un an peuvent bénéficier d’une réduction de 50% de la cotisation départementale.

Il est certain qu’en majorité les chasseurs vont choisir le permis national, dont le prix est proche de l’ancien départemental, pour avoir plus d’opportunités de chasse, et pour pallier à la suppression de la validation des communes limitrophes des départements voisins.

Alors que le permis national ne représentait jusqu’à l’an dernier que 10% du total des permis, on peut s’attendre cette année à 50% ou davantage

Quand les anti-chasse « écolos » gèrent le gibier :((( Après les oies, les cerfs…

LES ÉCOLOGISTES ET LES CERFS (PAYS BAS) : Le quart de la surface des Pays-Bas est situé en dessous du niveau de la mer. Il existait à l’Est d’Amsterdam une mer intérieure qui a été drainée et asséchée en 1968, libérant de l’espace pour des villes nouvelles. Une réserve naturelle de 6.000 hectares y fut également créée, la réserve d’Oostvaardersplassen, bien fréquentée par l’avifaune locale et migratrice.
La végétation (graminées, roseaux, arbustes) s’étant trop développée
et limitant l’accès des oiseaux, un écologiste nommé Frans Vera a eu l’idée d’intro- duire des herbivores brouteurs pour contrôler cette végétation, en 1983.
Ont donc été introduits dans la réserve 32 bovins Heck (aurochs reconstitué),
18 chevaux polonais rustiques Konik, et 40 cerfs rouges. Aucune mesure de contrôle de ces populations et de leur accroissement n’avait été prise. Les animaux se sont donc multipliés sans limite, sans contrôle ni prédation. Aussi, en 2017, on comptait 6.000 animaux, avec 90% de cerfs. Soit la densité incroyable de près de
1 animal à l’hectare, ou 83 cerfs aux 100 hectares ! Pour mémoire, la densité des forêts françaises est de 2,17 cerfs aux 100 hectares. Cette surpopulation a bien évidemment entrainé la quasi disparition de la ressource alimentaire végétale, et des conditions météo difficiles (fortes pluies puis vague de froid intense) de fin 2017 à début 2018 ont fini de précipiter l’agonie et la mort par famine des animaux.
Il a donc fallu ramasser les morts de famine (près de 300) et euthanasier les agoni- sants, soit 3.266 animaux. Mais cela ne suffisant pas, la décision de supprimer dès à présent encore 1.800 cerfs par abattage massif a été prise et entérinée. De façon à ne laisser subsister que 490 cerfs sur les 5.400 présents en 2017. Donc au total près de 5.000 cerfs morts de faim ou euthanasiés. Une vraie réussite de l’écologie.
Et pourtant certains écologistes néerlandais ont jugé que l’écosystème naturel commençait tout juste à fonctionner, qu’il fallait faire confiance aux processus natu- rels, peu importait la gravité de la situation !

Mais avec 490 cerfs sur 6.000 hectares, il restera encore 8 cerfs aux 100 hectares, ce qui n’est pas une densité raisonnable. Et peut donner 1.000 cerfs dans 3 ans. Faudra-t-il alors recommencer les abattages massifs ?

5 choses que beaucoup de chasseurs ignorent sur les Parcs de chasse !

Anti-chasses, braconniers, ramasseurs de champignons, VTT, etc. il devient malheureusement de plus en plus compliqué de partager la nature entre tous les utilisateurs… C’est pourquoi de plus en plus de propriétaires prennent la décision de clôturer leur domaine de chasse.

Le grand débat c’est aussi le gibier « res propria » ou « res nullius » comme on dit, en latin, dans le droit : est-ce que le gibier vous appartient ou est-ce qu’il n’appartient à personne (à tout le monde) ? La réalité c’est que si vous implantez un nouveau gibier sur votre propriété privée il vous appartient tant qu’il reste chez vous. En effet, la chasse sur le terrain d’autrui sans le consentement du propriétaire ou du détenteur du droit de chasse relève d’une contravention de 5ème classe, donc d’une amende de 1 500 €, qui peut être augmentée en cas de circonstances aggravantes. Il en va de même pour les petits qui vont naître sur votre territoire. Dès lors on peut comprendre qu’un propriétaire soit contrarié s’il fait des efforts pour développer une population puis que celle-ci est systématiquement prélevée par ses voisin qui ne souhaitent pas faire d’efforts de gestion ou de plan de chasse coordonné. Pire encore s’il est braconné sur son propre territoire de chasse. La jalousie, comme le manque de respect, sont malheureusement parfois sans limite… Le résultat c’est que ce propriétaire, excédé va finir par clôturer son territoire pour ne plus subir ces désagréments et devenir ainsi le propriétaire définitif des animaux qu’il y implante et qu’il y fait naître. Ceux qui ont provoqué cette situation seront alors très mal placés pour s’en plaindre ensuite avec des commentaire du style : « le gibier n’appartient à personne et doit pouvoir circuler librement » !

Le bon coté du parc de chasse clôturé dans ce cas, c’est que cela permet dans certaines régions d’introduire des espèces qui n’aurait jamais été présente dans le cas contraire car elles auraient été éliminées en milieu ouvert avant même qu’une population significative et durable puisse de se développer. C’est ainsi qu’on peut chasser de très beaux daims palettes dans le sud de la France alors qu’on ne rencontre aucun spécimen en milieu ouvert dans la région !

Deuxième chose à savoir : chasser seul, à l’approche par exemple, sur un domaine reservé à la chasse, sans aucun dérangement, est un plaisir exceptionnel que seuls les chasseurs qui ont déjà eu l’occasion d’y gouter peuvent comprendre. La chasse n’y est pas si facile qu’on pourrait le croire… Les animaux restent sauvages et, suivant la taille du territoire, le biotope, etc peuvent être très difficiles à approcher (par exemple un cerf en période de brame en milieu ouvert sera bien plus facile à tuer que n’importe quel « cerf de parc » en dehors de la période de brame ! ). L’autre avantage et pas des moindres est de pouvoir chasser toute l’année, sans contrainte de dates d’ouverture/fermeture… Cela est important pour les chasseurs qui ont des emplois du temps saisonniers ou très compliqués. D’autant plus que les dates de fermeture tombent souvent malheureusement trop tôt eu égard au climat (fin de saison encore fraiche par rapport à l’ouverture, idéale pour les chiens, etc). Enfin certaines chasses privées pratiquent des tarifs très abordables et qui reviennent beaucoup moins cher que des séjours à l’étranger par exemple. Alors pourquoi parcourir des milliers de kilomètrres quand on peut, près de chez soi, profiter de territoires exceptionnels et très giboyeux car gérés avec grand soin (densité d’animaux, qualité des trophées, etc).

Et puis il en faut pour tous les goûts et toutes les bourses bien sûr (certaines grandes chasses privées peuvent aussi couter cher eu égard à la superficie des territoires et la quantité d’animaux qu’il faut gérer, surtout pour le grand gibier), mais du moment qu’on ne chasse pas contre le grillage (cas des territoires trop petits) et que le gibier dispose d’un vaste territoire pour se défendre et des réserves pour se réfugier, il y a peu de différence avec un territoire ouvert, sauf peut-être qu’il y a toujours du gibier en abondance si c’est bien géré (densité, nourriture, plan de chasse, etc). C’est généralement le cas car aucun propriétaire n’aurait intérêt à « piller » son propre territoire, au risque de ne plus chasser l’année suivante par manque de gibier. La clôture évite aussi le dérangement des animaux par divers intrus type promeneurs, joggers, ou pire : braconniers ! Mais il permet surtout une gestion pointue des prélevements permettant de laisser vieillir certains catégories d’animaux comme les cerfs d’avenir par exemple pour faire de grands trophées. Il permet aussi d’épargner les femelles pour obtenir chaque année un maximum de naissances afin d’assurer chaque année une véritable abondance de gibier.

Continuer la lecture de « 5 choses que beaucoup de chasseurs ignorent sur les Parcs de chasse ! »

Lettre ouverte des traqueurs aux postés

Par ses quelques mots, nous les traqueurs nous tenions à vous faire partager notre passion pour la chasse et vous exprimer notre reconnaissance pour toutes ses journées que nous partageons avec vous.

Les jours de battue, les piqueurs se donnent à fond, pour leur plaisir certes mais aussi pour le plaisir de toute l’équipe. 

Confrontés souvent à des moments soutenus pendant les fermes, nécessitant prudence et sang-froid, silencieux pour ne pas exciter les chiens au risque de les faire blesser. Attendre l’instant propice pour tirer la bête noire, au travers d’un espace de tir réduit ou les chiens se reculent afin d’éviter la charge du sanglier, bien souvent au milieu d’une végétation épaisse, rendant la visibilité nulle ou se mêlent le récris des chiens, les attaques du sanglier et la montée d’adrénaline.

C’est ce que vivent régulièrement  les piqueurs. 

Il faut du temps, beaucoup de temps tout au long de l’année pour s’occuper de sa meute de chiens. L’entretien du chenil, le nettoyage, la nourriture, les soins vétérinaires. 

Continuer la lecture de « Lettre ouverte des traqueurs aux postés »

LOUP : QUAND LE SÉNAT S’EN MELE AUSSI

Le Sénat est doté d’une commission de l’aménagement du territoire et du développement durable, qui s’est penchée sur la problématique du loup. Un rapport et une série de 15 propositions ont été récemment publiés. Certaines visent à éduquer ( ?) le loup. Dans ce but sont préconisées l’utilisation des cartouches à gros sel, des pièges non mutilants pour les capturer, et bien sur des colliers GPS sur les loups capturés pour mieux comprendre le fonctionnement du loup.
Les américains ont plus de 18 ans de recul quant aux pièges, et disent que la seule solution est la capture à partir d’un hélicoptère (fléchette anesthésiante), mais que les coûts sont très élevés, plus ceux des colliers.
Les sénateurs ne paraissent pas informés de cela, ni du fait que le Parc du Mercantour a mis 4 ans, de 2007 à 2011, pour capturer 4 loups, 2 par pièges au sol, 2 par hélicoptère, et les équiper de colliers GPS. Deux personnes temps pleinont été alors engagées pour le suivi GPS, qui s’est avéré souvent inopérant en fonction du relief. Et au bout de 2 ans, les loups ont disparu des écrans, etl’expérience a été arrêtée.
Il vaudrait donc mieux abandonner la capture par pièges au sol non mutilants.
Ne restent plus que les cartouches à gros sel, mais auront-elles un effet pédagogique appréciable sur le loup ?
En attendant, la croissance 2017 du loup est de 23%. Si ce taux persiste, il faut s’attendre à compter plus de 1000 loups à l’issue de ce nouveau Plan Loup.

Lettre ouverte aux chasseurs, de Willy SCHRAEN

Le 6 décembre 2018

Chers amis chasseurs,

Vous êtes nombreux à vous interroger sur l’avenir de la chasse et de façon plus large sur le devenir de nos territoires ruraux. Ce sujet, je le connais mieux que personne, et depuis près de 10 ans, j’ai défendu cette cause bec et ongles devant l’Etat. Pour la partie chasse, vous l’avez tous compris, les choses vont se passer comme le Président de la République nous l’avait promis. Oui nous aurons un permis national à 200€, oui rien ne changera pour nos permis départementaux, et oui nous chasserons bien les oies en février ! Je vous le dis sans aucune ambiguïté, les réponses qui m’ont été apportées, ont définitivement levé les doutes qui pouvaient encore exister.

Ce qui m’inquiète à présent, c’est la situation insurrectionnelle qui se met en Continuer la lecture de « Lettre ouverte aux chasseurs, de Willy SCHRAEN »

ONF INFORME

ADJUDICATIONS CHASSE EN FORETS DOMANIALES EN FEVRIER MARS 2019.
INFORMATIONS LEGALES SUR www.onf.fr & AGENCES OU DIRECTIONS TERRITORIALES ONF.
CALENDRIER ET DOSSIER DE CANDIDATURE DISPONIBLES DECEMBRE 2018.