Lettre ouverte des traqueurs aux postés


Par ses quelques mots, nous les traqueurs nous tenions à vous faire partager notre passion pour la chasse et vous exprimer notre reconnaissance pour toutes ses journées que nous partageons avec vous.

Les jours de battue, les piqueurs se donnent à fond, pour leur plaisir certes mais aussi pour le plaisir de toute l’équipe. 

Confrontés souvent à des moments soutenus pendant les fermes, nécessitant prudence et sang-froid, silencieux pour ne pas exciter les chiens au risque de les faire blesser. Attendre l’instant propice pour tirer la bête noire, au travers d’un espace de tir réduit ou les chiens se reculent afin d’éviter la charge du sanglier, bien souvent au milieu d’une végétation épaisse, rendant la visibilité nulle ou se mêlent le récris des chiens, les attaques du sanglier et la montée d’adrénaline.


C’est ce que vivent régulièrement  les piqueurs. 

Il faut du temps, beaucoup de temps tout au long de l’année pour s’occuper de sa meute de chiens. L’entretien du chenil, le nettoyage, la nourriture, les soins vétérinaires. 

T-shirts et sweat personnalisés pour les traqueurs ICI

Mais pas que, le temps passé à l’éducation des jeunes chiens, au parc d’entrainement sont autant d’investissement passé au profit de toute l’équipe afin de préparer la meute pour la saison prochaine. Sans cela, les chiens ne seraient pas aussi performants. 




La passion c’est aussi être présent, assurer à l’équipe des journées de chasse magnifiques, à condition d’avoir de bons chiens. Alors, quel que soit le temps (la neige, la pluie, le vent) il y aura toujours un piqueur pour animer les battues. Etre piqueur c’est vouer son existence  au service des chiens et du collectif de chasse.  Le plaisir de faire chasser ses chiens et de pousser les bêtes noires à la ligne. Quand le coup de feu retentit sur la menée, que quelques instants après les chiens s’arrêtent sur l’animal terrassé, nous vivons des moments inoubliables. Ce bonheur existe vraiment que quand il est partagé avec tous ! 

Le jour où la chasse ne nous procurera plus de l’émotion ou si nous ne parvenons plus à la communiquer au travers de notre vécu, alors nous devrons arrêter…

Merci à Saint-Hubert pour ses fabuleuses journées de chasse qu’il nous offre, nous permettant ainsi de découpler nos chiens dans un environnement exceptionnel tant au niveau du territoire de chasse, que de la diversité des espèces cervidés et sangliers.